Lifestyle

Des huiles essentielles « éthiques » pour Noël… et pour tous les joursTemps de lecture moyen : 11 min

1 décembre 2019
Les femmes népalaises vivant des des régions reculées sans opportunité économique stable trouvent avec doTERRA un travail et des revenus pour loger, nourri et éduquer leurs familles.

Je veux que les actions que je réalise dans ma vie aient le plus possible un sens. Et qu’elles répondent à mes convictions. Du simple « bonjour » à mon activité professionnelle, en passant par mes achats, j’aime que les actions que je réalise aient un impact positif selon mon système de valeurs. Alors pour le premier jour de l’Avent, j’ai envie de parler de mon choix d’huiles essentielles « éthiques » car produire des huiles essentielles peut avoir un impact local fort. Si tu cherches un cadeau éthique, tu es au bon endroit !

C’est un article que je retenais depuis longtemps pour te l’offrir pour l’Avent. En effet, pour moi c’est vraiment une période de don et de cœur, plus qu’à tout autre moment de l’année. Alors je veux donner l’occasion de réaliser pourquoi mes achats d’huiles essentielles font un différence, au delà de ma famille. Une différence pour d’autres familles et pour leur environnement.

1. DoTERRA produit plus de 100 huiles essentielles dans une quarantaine de pays.

On me demande régulièrement : « Pourquoi aller aussi loin pour produire les huiles essentielles ? » Je propose alors un parallèle avec le terroir ou le label AOP*. Les produits agricoles qui ont été « produits, transformés et élaborés dans une aire géographique déterminée, en mettant en œuvre le savoir-faire reconnu de producteurs locaux et des ingrédients provenant de la région concernée » méritent une reconnaissance particulière pour leur qualité.

DoTERRA s’attache à former des partenariats avec des fermiers et des récoltants dans les régions endémiques des plantes. Là où elle vont le mieux se développer et présenter des propriétés particulières liées à la nature des sols et au climat. Le savoir-faire de la culture, de la récolte et de la distillation permet d’atteindre la qualité recherchée.

L'huile essentielle de lavande possède des notes florales, poudrées et légères.

Par exemple, quand on ramasse la lavande alors qu’elle commence juste à fleurir, son huile essentielle a des propriétés olfactives et des principes actifs plus intéressants que si l’on attend une floraison complète. En revanche, on en extrait moins.

Donc évidemment une démarche de qualité coûte plus cher. Elle emmène parfois plus loin et demande une méthode de production moins rentable.

2. La moitié des pays de production de doTERRA sont encore considérés comme des pays en voie de développement.

J’aime cette entreprise pour l’engagement dont elle fait preuve dans ses relations avec ses fournisseurs qui sont davantage des partenaires.

De manière générale, doTERRA met en place des partenariats exclusifs avec ses producteurs, récoltants et distillateurs. Cela assure aux petits exploitants des revenus garantis et justes. Cela offre aussi la possibilité de se développer via des facilités à l’installation ou à l’expansion. Et pour l’entreprise, c’est une source fiable et de qualité pour ses huiles essentielles. C’est gagnant-gagnant.

Si tu veux un exemple concret de soutien au développement, regarde la vidéo du Co-impact sourcing au Kenya. Tu verras que doTERRA a produit localement des pousses de géranium. Les boutures ont été proposées aux agriculteurs à crédit qu’ils remboursent de manière amortie sur chaque récolte. Et ce niveau d’investissement n’aurait jamais été à leur portée s’ils étaient restés seuls.

Dans les régions particulièrement désavantagées, doTERRA a introduit une initiative appelée « Co-Impact Sourcing« . Je pourrais traduire cela par « L’approvisionnement durable et vertueux ».

2.1. Le Co-impact Sourcing

Les revenus stables et les emplois durables dans certaines régions sont rares. Regarde les vidéos sur doTERRA en Somalie (Encens) ou au Népal (Gaulthérie). Rien que par les images, on voit que ces zones sont vraiment reculées avec peu de moyens. En Somalie, ils expliquent comment l’argent de leurs efforts partaient aux intermédiaires loin de chez eux ou à des entreprises qui venaient juste acheter et partaient sans investir. Cela peut aussi conduire à l’appauvrissement des ressources. La course à la vente est souvent néfaste. On peut trop récolter de plantes ou trop demander aux arbres… qui meurent. Et les terres s’appauvrissent. Alors que dans un partenariat à long terme, on cherche à gérer la terre et les relations humaines et économiques de manière durable.

Le but du Co-Impact Sourcing est de développer des relations de partenariat à long terme, mutuellement bénéfiques. Cela passe par des paiements :

à un prix juste. Et ce n’est pas du tout assuré quand on achète des huiles essentielles à 3€ le flacon, disons-le franchement !

et dans les temps. Là encore, tu ne le sais peut-être pas mais il y a très peu de paiements rapides dans ce secteur. Voire parfois les exploitants ne sont pas payés ou pas le prix espérés. Dans la vidéo du Co-impact sourcing au Kenya, on voit le système de pesée et de télétransmission mobile utilisé. Les producteurs sont payés au poids dans les 24h suivant la récolte, et doTERRA travaille sur de l’instantané.

Les fermiers et les récoltants sont encouragés à former des coopératives. Il peuvent ainsi partager leurs bénéfices et leurs compétences, mais aussi augmenter leurs volumes et leur force de négociation. Dans la vidéo Co-impact sourcing en Somalie (Encens), on apprend comment ils ont œuvré pour coordonner les clans et même faire le lien avec le gouvernement.

2.2. La Fondation doTERRA Healing Hands

Et en plus de cela, la Fondation doTERRA Healing Hands va soutenir des projets de développement dans les communautés où sont produites les huiles essentielles. Des écoles, des hôpitaux, un renforcement des infrastructures existantes, des puits (vidéo des communautés productrices de Vétiver à Haiti) etc. Et ce qui m’a particulièrement intéressée dans les récits de voyage sur place auxquels j’ai assisté, c’est que l’entreprise demande aux gens de quoi ils ont besoin. Il n’arrivent pas avec leur argent et leur conception pour dire « on va faire ceci et cela et ce sera bien pour vous ». C’est vraiment une démarche d’écoute pour rendre les communautés autonomes en fonction de leurs besoins.

3. Et si les huiles essentielles permettaient aussi une valorisation de « déchets » de l’agriculture

J’ai déjà eu des questions autour du choix de culture de plantes produisant des huiles essentielles. Certaines personnes s’inquiètent du fait que ces cultures ne profitent pas aux populations locales comme elles sont destinées à l’export ; elles pourraient profiter de la terre pour se nourrir ou vendre d’autres produits. Je souhaite donc mettre en lumière des symbioses qui existent entre différentes industries pour une même plante par exemple avec la mandarine ou le cyprès.

Les mandariniers au Brésil croulent tellement sous les fruits qu’il faut les « éclaircir ». Cela veut dire retirer 70% des fruits verts de l’arbre pour que 30% des fruits puissent maturer dans les meilleures conditions. Généralement, ces fruits sont laissés à terre ou compostés. Mais l’opportunité offerte par doTERRA pour les mandarines vertes donne un moyen aux agriculteurs de valoriser ces « déchets de l’agriculture ». Elles sont utilisées pour produire une huile essentielle d’agrume non photosensibilisante.

L'huile essentielle de cyprès possède des notes propres, fraîches, boisées et herbacées.

Au Kenya, les cyprès sont plantés pour l’industrie du bois. Planter un arbre est un investissement à long terme car l’abattage et la vente ne se font qu’après 20 ans de pousse. Donc au lieu d’attendre aussi longtemps pour recevoir l’argent de la vente du bois, les fermiers peuvent créer un revenu tout au long de la vie de l’arbre en vendant à doTERRA les produits de l’élagage des branches basses des arbres qui finissaient en biomasse non valorisée. Les fermiers peuvent donc rester vivre hors des villes s’il le souhaitent et commencer à planter des arbres avec une source continue de revenus rapidement. Et doTERRA peut produire une huile essentielle aux vertus énergisante et bénéfique aux peaux grasses.

4. Des cadeaux éthiques pour Noël

4.1. Huiles essentielles et artisanat

Chaque année doTERRA propose un catalogue de Noël. Et il y a coffret cadeau avec une réelle intention d’offrir à une communauté défavorisée une source de revenus supplémentaire.

Fabriquées avec amour, ces balles de séchages et leur sac produits artisanalement ont donné un emploi et des revenus à des femmes népalaises dans le besoin pour les aider à se reconstruire.

En 2019, c’est l’artisanat népalais qui est mis à l’honneur avec un flacon d’huile essentielle de Gaulthérie odorante produite en co-impact sourcing axé sur la lutte contre la pauvreté dans cette région.

Fabriquées avec amour, ces balles de séchage et leur sac produits artisanalement ont donné un emploi et des revenus à des femmes népalaises dans le besoin pour les aider à se reconstruire. Regarde la vidéo de production.

Si tu veux en savoir plus, j’ai déjà consacré 10mn à la présentation de ce coffret et de son origine dans un cercle de partage d’expériences autour des huiles essentielles.

Pour faire un cadeau original à Noël. Si tu aimes l’odeur du mélange Deep Blue où tu retrouves le parfum de la Gaulthérie odorante. Si tu veux soutenir les communautés népalaises qui se remettent du tremblement de terre de 2015. Et si tu veux aussi soutenir mon travail sur le blog… Alors je t’invite à commander ce coffret de Noël « Nepalese Dryer Balls » (ref.60209950) en passant par mon lien.

4.2. Les huiles essentielles qui luttent contre la pauvreté

Changer le monde, une goutte à la fois.

Et tu peux aussi opter pour toutes les huiles essentielles qui sont déjà dans un programme Co-impact sourcing de lutte contre la pauvreté, notamment : la Lavande, l’Arbre à Thé/Tea tree (Melaleuca), l’Encens (Franckincense), l’Orange douce (Wild orange), l’Ylang ylang, le Géranium, le Clou de girofle (Clove bud), le Citron vert (Lime), la Mandarine, la Mandarine verte (Green Mandarin), la Cardamome, le Vétiver, le poivre rose (Pink pepper), le Copaiba, le Gingembre (Ginger), le Cyprès, le Jasmin, le Néroli, le Lemongrass, la Menthe verte (Spearmint), le Curcuma (Turmeric), la Mélisse officinale (Melissa), le Yarrow, la Rose, l’Hélichryse italienne (Helichrysum), la baie Genévrier (Juniper berry), le Nard de l’Himalaya (Spikenard) etc.

DoTERRA s'approvisionne dans plus de 40 pays, dont plus de la moitié considérés en voie de développement. Ils mettent en place des solutions de lutte contre la pauvreté et de gestion environnementale durable dans le cadre du Co-Impact Sourcing.

4.3. Les produits doTERRA au profit de la Fondation

Healing Hands Lotion avec l'Huile de Rose

Le fruit des ventes de la crème pour les mains à l’huile essentielle de rose bulgare va directement et intégralement à la Fondation doTERRA Healing Hands.

Le roll-on du mélange d'huiles essentielles Hope

Toutes les sommes recueillies grâce à la vente du roll-on du mélange d’huiles essentielles Hope (« Espoir« ) vont directement à la Fondation doTERRA Healing Hands.

C’est un mélange qui favorise la détente et des sensations de tranquillité et d’harmonie.

Il a été initialement fabriqué uniquement pour l’ONG OUR Rescue qui se consacre à porter secours aux enfants victimes de trafic sexuel et esclavage dans les quatre coins du monde. Il était distribué aux enfants en péril avec une étiquette qui pouvait être retirée et révéler une liste de numéros d’assistance téléphonique si besoin de secours.

A présent, il est commercialisé pour toi et moi avec une étiquette commerciale et continue d’être proposé ainsi par OUR Rescue.

5. Pour aller plus loin…

L’ensemble des vidéos sur le co-impact sourcing sont disponibles en anglais sur la Playlist Youtube officiel de doTERRA. Et des récits sur les solutions à la pauvreté ou la gestion environnementale sont disponibles sous forme d’articles sur le site Sourcetoyou.com.

Plusieurs d’entre-elles sont déjà disponibles avec des sous-titres français sur la Playlist française officiel de doTERRA.

Partage en commentaires, ce que tu as appris avec cet articles et/ou ce qui t’as le plus touché(e) !

Joyeuse période de l’Avent

Vous pourriez aussi aimer

Encore aucun commentaire ? Partage-moi tes réactions

Ecrire une réponse

Après soumission d'un commentaire, compte un court délai avant publication sur le blog.

Pourquoi ? Pour supprimer le spam et les messages publicitaires indésirables (eh oui). Sache que je fais mon maximum pour publier et répondre à vos réactions le plus rapidement possible !

Phasellus massa dapibus consectetur porta. adipiscing Praesent venenatis, ut quis sem,