Se lancer

Qui peut utiliser des huiles essentielles dans ma famille ?Temps de lecture moyen : 11 min

21 janvier 2019
Mélange d'huiles essentielles Air de doTERRA appliqué dilué via un roll-on sous la plante des pieds d'un enfant de 4 ans

En France, nous sommes généralement tous imprégnés des principes de précaution (ou d’excès de prudence) : “Ne pas utiliser les huiles essentielles avant 3 ans / 5 ans / 6 ans / en cas de grossesse / allaitement”. Pourtant les huiles essentielles sont des produits naturels et sûrs si tu en fais un bon usage. Mais comme elles sont en vente libre (parfois à côté des tisanes dans un magasin bio…), elles présentent des risques pour les personnes mal-averties qui ne vont pas forcément juger nécessaire de chercher conseil avant de pratiquer. Informe-toi pour ton propre bien-être et celui de ta famille et tu en seras récompensé. En cas de doute, consulte un professionnel.

1. Bébé (1 à 3 ans) et Enfant

En dépit de l’excès de précautions en France, j’utilise les huiles essentielles sur mes enfants depuis plusieurs mois et au moment où j’écris ils ont 22 mois et 4 ans.

Tout d’abord, c’est parce que je me renseigne, je me forme et je pose des questions pour valider ma compréhension et ma pratique. Cela me permet de comprendre ce que je peux faire et ne pas faire, ou ce qui est acceptable sur une courte durée mais à proscrire au delà d’une certaine dose et d’une certaine durée.

1.1. Choix du mode d’utilisation des huiles essentielles pour les bébés et les enfants

Pour les plus jeunes et notamment avant 7 ans, la diffusion atmosphérique est la méthode la plus sûre (via diffuseur ou support inerte. Je t’invite à lire mon article Comment utiliser les huiles essentielles ? pour en savoir plus sur la diffusion.

Pour l’application cutanée, j’ai en tête des dilutions sûres pour chaque âge. Je les ai résumées ci-dessous en donnant des indications pour réaliser des flacons ou roll-on prêts à l’emploi de 10ml. Par exemple pour un enfant de moins de 7 ans, tu sélectionnes une huile essentielle douce que tu dilues entre 0,5% et 2%. Pour une dilution à 0,5%, tu mets 1 goutte d’huile essentielle (HE) au fond de ton roll-on et tu complètes par 10ml d’huile végétale (HV). Tu secoues bien et c’est prêt pour utilisation sur ton minot.

1.2. Choix de l’huile essentielle pour les bébés et les enfants

Pour ce qui est du choix de l’huile essentielle, je choisis les plus douces possibles :

Mes huiles essentielles incontournables : Lavande officinale (Lavandula angustifolia), Citron (Citrus limon), Tea Tree (Melaleuca alternifolia), Encens (Boswellia ssp), Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata), Ravintsara (Cinnamomum camphora), Thym à linalol (Thymus vulgaris ssp linalol) et Orange douce (Citrus sinensis).

Les huiles essentielles utiles : Camomille romaine (Anthemis nobilis), Bergamote (Citrus aurantium ssp bergamia), Géranium (Pelargonium graveolens), Hélichryse italienne ou Immortelle (Helichrysum italicum) et Ylang Ylang (Canaga odorata complet).

J’utilise aussi des hydrolats qui ont une concentration très faible en huiles essentielles et qui sont solubles dans l’eau. C’est tout doux et sauf en cas d’allergie aux huiles essentielles, les bébés peuvent les utiliser sans risque.

Les hydrolats ont une concentration très faible en huiles essentielles et sont solubles dans l’eau. J’ai toujours chez moi de l’eau florale de bleuet et de l’eau florale de fleur d’oranger

A titre d’exemple, j’ai toujours chez moi de l’eau florale de bleuet (notamment en cas de conjonctivite ou tout simplement pour soulager les yeux) et de l’eau florale de fleur d’oranger (en début de rhume, dans le bain pour favoriser le sommeil ou dans les desserts).

Le seul bémol, c’est leur fragilité et faible durée de conservation (un an à partir de la distillation généralement).

2. Femme enceinte et/ou allaitante

En dépit de l’excès de précautions en France, j’utilise les huiles essentielles bien que j’allaite encore mon fils de jour comme de nuit. Par contre si j’étais enceinte de moins de 3 mois, je n’en n’utiliserais pas du tout.

Encore une fois c’est avec beaucoup de lectures et d’échanges que j’ai développé ma pratique. En effet, la grossesse et l’allaitement sont des périodes de ma vie où j’ai/je fais encore plus attention que d’habitude à tous mes actes au quotidien : Ce que j’ingère, ce que j’applique sur ma peau, ce que j’utilise pour le ménage etc. Et au final, tout cela devient des gestes tellement sains et naturels que ces routines de prudence deviennent des manières de fonctionner que je ferai perdurer après la fin de mon allaitement pour la plupart.

Diffuseur doTERRA Brevi diffusant le mélange Air de doTERRA pendant la saison des rhumes

C’est pourquoi, en tant que Maman allaitante, je n’utilise pour moi quasiment que ce que j’utiliserais pour mes enfants. La diffusion atmosphérique est donc à la base de ma pratique et je choisis avec précautions mes huiles en application cutanée.

Si tu es enceinte, reporte toi à la section de mise en garde plus bas pour une liste des principales huiles essentielles abortives.

3. Autres adultes

Si tu n’es pas allergique aux huiles essentielles et que tu ne prends pas de médicament spécifique (ou juste pour un problème ponctuel), tu peux utiliser des huiles essentielles avec une pratique informée.

En cas de prise de médicament, tu favoriseras toujours la diffusion ou la voie cutanée. Mais attention si tu utilises une pommade, une crème ou un gel médicamenteux, tu ne mélangeras pas tes huiles essentielles avec et tu alterneras les applications au cours de la journée.

Dans le cas où la voie interne est indiquée, tu espaceras la prise de l’un et de l’autre de 2 heures minimum. Parles en à un professionnel.

Si tu es diabétique, épileptique, asthmatique, cardiaque, hypertendu, si tu as une insuffisance rénale sévère ou si tu as un cancer hormono-dépendant, informe toi auprès d’un professionnel. Rappelle-toi que je suis passionnée, mais pas médecin !

4. Principales mises en garde de toxicité

Je t’ai déjà dis que l’aromathérapie n’est pas une médecine douce. J’ai une pratique que je juge prudente comme j’allaite et que mes enfants sont jeunes, c’est pourquoi la plupart des huiles essentielles listées dans cette section ne font pas partie de ma trousse actuelle (sauf celles marquées *). Je t’indique ici les risques pour te sensibiliser alors informe toi si tu veux utiliser une huile essentielle car j’ai indiqué les principales huiles essentielles concernées par ces risques, mais cette liste n’est pas exhaustive.

4.1. Certaines huiles essentielles sont abortives et neurotoxiques

Sans l’avis d’un professionnel, je n’utilise jamais ces huiles essentielles, c’est pourquoi je te conseille de faire de même pour tes enfants, si tu es enceinte ou que tu allaites.

Celles qui contiennent des lactones sont neurotoxiques par voie orale à forte dose comme l’huile essentielle de Laurier Noble (Laurus Nobilis) ou de Ciste (Cistus Ladaniferus).

Celles qui contiennent des cétones sont neurotoxiques par voie orale à forte dose et abortives si intoxication de la mère avec ces huiles essentielles. Cela dit, elles n’ont pas toutes le même niveau de toxicité suivant le type de cétone. Voici un classement d’huiles essentielles par toxicité décroissante :

  • Tu feras très attention avec : La Lavande stoechade (Lavandula stoechas), la Sauge officinale (Salvia officinalis), le Thuya (Thuya occidentalis), la Menthe pouliot (Mentha pulegium), l’Absinthe (Artemisia absinthium), l’Hysope officinale (hyssopus officinalis)
  • Tu feras attention avec : Le Romarin officinal à camphre (Rosmarinus officinalis), le Romarin officinal à verbénone (Rosmarinus officinalis ct verbénone), la Lavande aspic (Lavandula latifolia), la Menthe poivrée (Mentha piperita)*, la Menthe des champs (Mentha arvensis), l’Eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus), l’Eucalyptus mentholé (Eucalyptus dives CT piperitone), le Carvi (Carum Carvi), le Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica)
  • Tu seras prudent(e) avec : L’Hélichryse italienne ou Immortelle (Helichrysum italicum)*

4.2. Certaines huiles essentielles sont hépatotoxiques

Les huiles suivantes riches en phénols peuvent détériorer les cellules du foie en cas de prise en interne à forte dose sur un longue période : Notamment certaines huiles essentielles de Thym  – Thym commun à thymol (Thymus vulgaris ssp thymol), Thym blanc (Thymus satureoides), Thym serpolet (Thymus serpyllum) – l’huile essentielle de Sarriette des montagnes (Satureja montana), l’huile essentielle d’Origan d’Espagne (Corydothymus capitatus), l’huile essentielle de Clous de girofle (Eugenia caryophyllata)*.

4.3. Certaines huiles essentielles sont néphrotoxiques

Les huiles essentielles suivantes riches en monoterpènes peuvent détériorer le tissu des reins avec une prise en interne sur un longue période : Notamment, l’huile essentielle de Santal blanc (Santalum album), l’huile essentielle de Genévrier commun (Juniperus communis) ou l’huile essentielle de Pin sylvestre (Pinus sylvestris).

4.4. Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques ou irritantes

Les huiles essentielles sont très concentrées.

Certaines sont réputées dermocaustiques, c’est à dire qu’elles peuvent provoquer des brûlures sur ta peau ou tes muqueuses : Notamment l’Origan d’Espagne (Corydothymus capitatus), la Sarriette des montagnes (Satureja montana), le Thym commun à thymol (Thymus vulgaris ssp thymol), la Cannelle de Ceylan écorce ou feuille (Cinnamomum zeylanicum ou verum), la Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia). Donc pour elles, tu t’assures impérativement de les diluer de manière suffisante et tu te reporteras aux indications d’usage.

D’autres sont réputées irritantes et peuvent donner une sensation de chaleur : Notamment la Menthe poivrée (Mentha piperita)*, la Menthe des champs (Mentha arvensis), le Genévrier commun (Juniperus communis), le Lemongrass (Cymbopogon citrates ou flexuosus), la Gaulthérie couchée ou odorante (Gaultheria procumbens ou fragrantissima). En atelier de partage, la plupart du temps les participants ne sont pas irrités par l’huile essentielle de menthe poivrée. Mais il m’est arrivé qu’une personne l’applique sur les tempes et qu’elle ressente une sensation de chaleur. Pas de panique, ni de drame pour autant ; cette personne dilue cette huile essentielle depuis et ne ressent plus de gêne.

4.5. Certaines huiles essentielles sont allergisantes

Tu vas toujours faire un test de sensibilité avant d’utiliser une huile essentielle. Malgré cela, il est possible que tu développes une allergie au bout de plusieurs applications. (Comme tu peux devenir allergique à un fruit à coque ou à un médicament). Cela peut être dû à une huile essentielle par nature ou cela peut aussi arriver si elle a été mal conservée, ou si elle est synthétique.

Certaines huiles essentielles sont néanmoins connues pour être allergisantes comme l’huile essentielle de Pin maritime (Pinus pinaster) ou l’huile essentielle de Laurier noble (Laurus nobilis).

4.6. Certaines huiles essentielles sont photosensibilisantes

Tu attendras 12h avant de t’exposer au soleil si tu utilises une huile essentielle d’agrume (citrus sp/zeste) car ta peau peut faire une réaction (tâche) sous l’action du soleil. Cela dit, je suppose que tu fais également attention quand tu mets du parfum sur ta peau en été…

A titre d’exemples, voici une liste d’huiles essentielles d’agrumes :

  • Citron (Citrus limon)*
  • Pamplemousse (Citrus paradisi)*
  • Bergamote (Citrus aurantium ssp bergamia)*
  • Orange amer (Citrus aurantium ssp. amara)*

Mais il y a d’autres huiles essentielles photosensibilisantes moins courantes comme l’huile essentielle d’Angélique (Angelica archangelica) ou l’huile essentielle de Céleri (Apium graveolens). Néanmoins je n’en n’ai jamais utilisé et je ne pense pas un jour en proposer dans mes articles.

Conclusion

A la question : « Les huiles essentielles c’est pour qui ? » Je réponds en premier « Pour les personnes informées ». C’est pourquoi, presque tout le monde peut en utiliser même si toutes les huiles essentielles ne sont pas bonnes pour tous. L’information est la clé !

La liste des huiles essentielles présentant des risques plus ou moins importants est longue, c’est vrai. Mais pour ma part, je reste sur une liste d’huiles essentielles les plus douces et les plus polyvalentes possibles. Je connais des protocoles d’utilisation sûrs et sur quel public les utiliser.

Pour aller plus loin…

Alors si tu es prêt(e) à te lancer, visite les pages des huiles essentielles pour toutes la famille (dont bébés, enfants et femmes enceintes ou allaitantes) et des Kits et Tutos pour connaître les huiles qui peuvent t’aider toi et ta famille.

Voici donc ce que je te propose pour ne rien raterAbonne-toi à ma newsletter qui t’apportera tous les 15 jours des propositions d’applications pratiques. Ainsi en tant qu’abonné, tu seras dans mes petits papiers pour orienter les articles vers les sujets qui t’intéressent ! 1, 2, 3, abonne-toi !

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Requet 6 octobre 2019 à 19 h 53 min

    Coucou Julie. Merci pour ce récapitulatif. Je voulais me le faire . Ton blog est une mine d’or. Énorme merci 🙏Agnès

    • Répondre Julie • Une Goutte, Ça Pousse 7 octobre 2019 à 9 h 50 min

      Bonjour Agnès,

      Merci beaucoup pour ce si généreux compliment ! Il me transporte dans une chouette énergie en ce lundi matin car je suis toujours heureuse de savoir que mon travail a du sens pour d’autres.

    Ecrire une réponse

    Après soumission d'un commentaire, compte un court délai avant publication sur le blog.

    Pourquoi ? Pour supprimer le spam et les messages publicitaires indésirables (eh oui). Sache que je fais mon maximum pour publier et répondre à vos réactions le plus rapidement possible !

    ipsum elit. quis, Aenean dolor odio